mercredi 18 juin 2008

L'emploi en France

L'emploi en France
Actuellement en recherche d'emploi, j'ai eu récemment l'occasion d'aller visiter des salons en région parisienne, histoire de récupérer quelques cartes de visites et de nouer des contacts, force est de constater que je n'étais pas le seul, et que, bien que s'agissant pour certains de salons "professionnels", beaucoup de personnes discutaient avec les exposants pour parler travail...
Le gouvernement actuel a, me semble-t-il, un peut tendance à s'inspirer du modèle Américain au niveau des discours.
A y regarder de plus près, je pense que ce modèle est bien franco-français.
Les formations initiales sont plutôt bonnes, excellentes pour certaines, et rivalisent avec les meilleures universités dans le monde.
Sachant qu'il est très difficile d'avoir des chiffres précis (je ne sais pas quelle est la méthode utilisée pour évaluer la population travailleuse française, les populations d'Europe, je n'en ai aucune idée plus précise), mettons le pourcentage de personne sans emploi parmi la totalité des habitants de notre pays, je constate juste une chose :
Dans mon métier, qui est plutôt porteur en ce moment, et avec maintenant presque 10 ans d'expérience, j'ai encore beaucoup de difficultés à trouver un poste qui me plait.
Qu'est ce qui a changé ?
Les techniques de recherche (la dernière lettre par la poste que j'ai du envoyer pour postuler doit remonter à 10 ans), les employeurs (responsables de recrutement), qui peuvent recevoir potentiellement 200 cv pour un vulgaire poste d'ingénieur d'études ne peuvent pas tout analyser. La notion de temps diminue avec les nouvelles technologies.
Malheureusement, certaines de nos institutions et de nos administrations ne suivent plus le mouvement depuis longtemps. L'anpe pourvoit à environ 15% des offres du territoire (chiffre à vérifier), le classement des offres (par code rome par exemple, c'est quoi le code rome ? ) n'as pas évolué depuis que j'utilise leur site. La manière de rechercher (pour les demandeurs d'emploi) n'évolue pas, la manière de gérer les offres n'évolue pas.
Rappelons que l'anpe, crée par un certain M. Chirac, est l'abréviation d'agence nationale pour l'emploi. Oui, nationale !
Plutôt que de me proposer d'aller les visiter tous les mois pour me "suivre" (engagement que l'anpe est bien incapable de tenir vu le nombre de chômeurs), pourquoi ne pas faire évoluer cette agence rapidement ?
Pourquoi ne pas investir massivement dans un système d'information performant et adapté à la logique de 2008 ? Il suffit au besoin de s'inspirer de ce qui existe dans le privé, en France, en Europe, ou aux USA ; un des sites sur lequel on peut trouver quelques millions de cv est d'inspiration Etats Unéenne.
Mais je m'égare.
Comment se fait-il que les chercheurs les plus brillants partent à l'étranger ? Pourquoi ne pas appliquer plus rapidement les innovations universitaires ; les innovations quelles qu'elles soient ? Pourquoi est-il toujours aussi long et coûteux de créer son entreprise ?
Nous vivons très certainement dans un des plus beaux pays du monde, mais ce pays reste trop tourné sur lui-même.
Pas besoin d'aller chercher loin des solutions efficaces : La Suisse a bien compris que l'éducation est un élément essentiel du pays, un enseignant Suisse gagne, à taux de change fixé, nettement plus qu'un enseignant Français. Les programmes doivent être modifiés : Moi qui aimait les sciences, pourquoi ais-je du étudier des matières qui m'ennuyaient jusqu'à 18 ans ? Pourquoi un adolescent de 15-16 ans n'aurait pas le droit de choisir ce qui lui plait d'étudier ? Pourquoi le travail manuel passe en second plan par rapport aux professions intellectuelles ? La France a des ingénieurs, l'Allemagne aussi, elle a aussi bien plus d'ateliers de production industrielle.
J'ai appris récemment que l'Allemagne est le premier pays exportateur au monde (bientôt devancé par la Chine). La France n'a-t-elle pas de machines ni d'usines autres que pour fabriquer des avions ou des automobiles ?
Les pays scandinaves investissent beaucoup dans le suivi des personnes sans emploi. Nous restons bien dans un système franco-français alors que des solutions existent à nos frontières, ouvertes avec l'Europe, et que les têtes bien faites et travailleurs manuels peuvent traverser tous les jours.

1 commentaire:

PLS a dit…

Votre analyse me semble pertinente cependant les ingénieurs ne constituent pas la majorité de la population française. De plus je ne penses que c'est en copiant les autres systèmes que l'on va arriver à créer quelque choses.